Des étudiants suisse et camerounais développent une couveuse

Dans le cadre du projet GlobalNeonat, Benjamin Rime, étudiant en science et génie des matériaux est parti au Cameroun pour les 2 derniers mois de son projet de master.

Ce projet a pour but de développer un incubateur néonatal qui réponde aux besoins et aux contraintes des hôpitaux dans les pays en développement. Dans ce contexte, les incubateurs existants ne fonctionnent pas correctement, limitant ainsi les chances de survie des nouveau-nés prématurés. Il s'agit donc de développer un appareil fiable et robuste qui puisse conserver une température constante malgré les fréquentes coupures d'électricité. Pour répondre à cette problématique, Benjamin a développé un prototype d'échangeur de chaleur basé sur les matériaux à changement de phase (PCM). Il a réalisé l'entière fabrication à l'EPFL (au Laboratoire de technologie des composites et polymères, LTC), puis a amené le prototype au Cameroun pour évaluer les possibilités de fabrication sur place et l’intégration dans un incubateur conçu au centre CURES (Centre Universitaire de Recherche sur l’Energie pour la Santé dont l’EPFL est partenaire dans le cadre du Réseau d’Excellence des Sciences de l’Ingénieur de la Francophonie, le RESCIF). Encadré par l’équipe du centre CURES, Benjamin a collaboré étroitement avec deux étudiants de l'ENSPY (Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé).

  • Francis Vivien Jiokeng, étudiant de l'ENSPY en microtechnique était chargé de réaliser le système de régulation de la température. Il s’agit de gérer le flux d’air chaud en fonction des températures dans l’incubateur, en commandant un corps de chauffe et un ventilateur à l’aide d’un microcontrôleur.
  • Charlène Bernadette Lema, étudiante de l'ENSPY en génie mécanique devait quant à elle concevoir la structure de l'incubateur comprenant l'habitacle, le matelas ainsi que le boîtier contenant l'échangeur de chaleur et le système de régulation de la température.

Pour l'instant, l'échangeur thermique est terminé et les premiers résultats des tests sont encourageants.

Les deux étudiants camerounais vont finaliser ces prochains mois le prototype complet de la couveuse. Ce prototype sera une étape cruciale pour démontrer la faisabilité de cette nouvelle technologie de couveuse et ouvrir la voie vers le développement d’un appareil vital que les médecins des pays du Sud attendent avec impatience...